Histoire du Cdmc

A l'origine

En 1976, à l'initiative de Jean Maheu, alors Directeur de la Musique au ministère de la Culture, une commission composée de Hugues Dufourt, Henri Dutilleux, Tristan Murail, Maurice Ohana et Guy Reibel, se réunit dans le but de définir des actions pour promouvoir la musique contemporaine et aider les compositeurs et les éditeurs de ce répertoire vivant. Cette réflexion suscita la création de deux entités, qui furent par la suite pérennisées : le Centre de documentation de la musique contemporaine et Musique Française d'Aujourd'hui, dispositif d'aide aux enregistrements phonographiques. Les inspecteurs de la musique Alain Bancquart et Michel Decoust jouèrent un rôle important pour la mise en œuvre de ces projets.

Les missions du Cdmc

Dans son principe, le Cdmc devait être un lieu où toute personne pourrait accéder facilement aux œuvres des compositeurs de notre temps, en permettant l'écoute de l'œuvre simultanément à la lecture de la partition. Une documentation annexe renseignerait le musicien ou l'étudiant sur l'œuvre et son compositeur.

Les partenaires institutionnels

Le Ministère de la Culture et la Sacem prirent en charge à parité le financement du projet. Radio France s'engagea à doter le Cdmc des copies des enregistrements effectués par ses soins. Ces rôles sont toujours assumés aujourd'hui par les trois partenaires institutionnels du Centre.

La création du Cdmc

Jean Maheu (Ministère), Jean-Loup Tournier (Sacem) et Pierre Vozlinsky (Radio-France) furent ainsi les artisans de la création du Cdmc. Les éditeurs de musique participèrent à la constitution du fonds en le dotant des partitions nécessaires à la consultation.
Le protocole d'accord fut signé en novembre 1977. Situé à l’époque au siège de la Sacem à Neuilly, le Centre fut inauguré en février 1978 et ouvert au public quelques mois plus tard, avec un catalogue de 500 œuvres.
Le Cdmc a été dirigé depuis sa création jusqu’en janvier 2007 par Marianne Lyon.

Depuis juillet 1993, le Cdmc est situé dans le périmètre de la Cité de la musique, dans le parc de la Villette.

Aujourd'hui

Le Cdmc compte aujourd’hui plus de 1100 compositeurs à son catalogue. Près de 20 000 œuvres sont consultables sur place par le public, individuel ou en groupe. Une partie du fonds est numérisée et accessible en ligne sous forme d’extraits.

Instance de réflexion sur la politique documentaire du Centre, un comité d’orientation a été institué en 2011. C’est dans ce cadre qu’il a été décidé d’ouvrir le fonds aux œuvres pédagogiques, afin notamment de proposer des outils aux musiciens et aux enseignants pour la transmission de la création musicale.

Le Cdmc développe l’accessibilité de ses informations en ligne par son site internet ainsi qu’avec la mise en place depuis 2007 du Portail de la musique contemporaine dont les membres fondateurs sont  l'IRCAM, la Cité de la musique, le CNSMD de Paris, la médiathèque Gustav Mahler et l'Ensemble intercontemporain ; une trentaine d’autres membres y participent également.

Après Marianne Lyon, le Cdmc est dirigé par Laure Marcel-Berlioz jusqu’en 2018. Depuis 2019, c’est Agnès Prétrel qui le dirige. De janvier à septembre 2019, elle a mené une mission de préfiguration, à la demande du ministère de la Culture et de la Sacem, pour aboutir à un projet en évolution pour le Cdmc.